Science, expérimentation et mesure

  • Reproduction d’astrolabe carolingien

    Reproduction d’astrolabe carolingien

    Numéro de dépôt: 9164
    Datation: Dernier quart du Xe siècle
    Précisions géographiques: Catalogne
    Dimensions: 17 x 16 x 1 cm
    ​Poids: 600 g

    L’astrolabe est une représentation plane de la sphère céleste. Ses lignes gravées permettent d’établir et prévoir l’évolution des astres. Celui-ci est construit selon le méridien de Barcelone et son importance provient du système de numérotation avec des lettres latines correspondant à des chiffres arabes.

    Il est composé de deux faces, l’une enfoncée et avec deux disques gravés appelés tympans où figurent les différentes latitudes. Une projection stéréographique des cercles de la sphère céleste est apposée sur la partie supérieure de chaque disque : l’horizon théorique, l’horizon visuel, le méridien, les tropiques, l’équateur et, sur le demi-cercle inférieur, les lignes des heures inégales. Sur les tympans est superposée l’araignée, une sorte de carte du ciel ciselée où figure la projection de l’écliptique et de dix-huit étoiles (dix boréales et huit australes), sans aucun nom gravé. Sur l’un des tympans figurent les noms ROMA et FRANCIA en lettres capitales. D’après l’historien Julio Samsó, le terme FRANCIA constitue une preuve assez claire de sa provenance, si on accepte le fait qu’il s’agit d’un astrolabe contenant un texte et des chiffres traduits du terme arabe Ifrandje qui était le nom par lequel les Arabes antérieurs au XIIe siècle désignaient aussi bien la France transpyrénéenne que les états chrétiens du nord-est de la péninsule Ibérique. En même temps, l’épigraphie de l’appareil coïncide avec celle employée dans les manuscrits latins produits dans la zone de la Catalogne à la fin du Xe siècle.